Nos actions dans les régions de l'Est

Présentation de la région

 

Les provinces de l’Est, proches du Pakistan, sont celles dans les- quelles MADERA a

réalisé ses premiers programmes dès 1988, axés sur le soutien aux économies paysannes.


Des hautes vallées de la Kunar, du Nouristan et du Laghman (sommets

culminant à plus de 5000 mètres), lieux naturels de repli pour les paysans et la résistance afghane, les activités de MADERA se sont ensuite déployées vers les basses vallées de ces provinces et vers la vaste plaine du Nangarhar, qui, avant guerre, constituait le " grenier à blé " de l’Afghanistan. La guerre et une politique systématique de terre brûlée pratiquée par l’armée soviétique, l’avaient vidée de sa population, réfugiée massivement au Pakistan, laissant les terres à l’abandon pendant plus de 10 ans.

Les réfugiés du Pakistan sont retournés en Afghanistan à partir de 1992 par vagues fluctuantes d’allers-retours, en fonction de conditions économiques trop précaires ou de la situation d’insécurité. Les familles, agrandies après des années d’exil, sont venues se réinstaller sur des terres devenues souvent trop exiguës pour assurer leur subsistance, obligeant certains à trouver des sources de revenus dans d’autres types d’activités ou à affluer vers les villes, voire à émigrer à nouveau, encore aujourd’hui, vers le Pakistan ou d’autres pays d’accueil.

 

Dans ce contexte, MADERA a mené différents programmes, de remise en culture des terres, de réhabilitation et création de nouveaux réseaux d’irrigation pour gagner de nouvelles terres cultivables, des programmes de multiplication de semences adaptées,  de soutien aux pépinières fruitières et à l’organisation d’une filière de production fruitière, des actions dans le domaine de la santé animale, et de la préservation forestière, de manière à permettre le retour durable des réfugiés, à relancer les économies villageoises et développer le niveau de vie des populations.

Programmes en cours 

 

Actuellement en Kounar,

Nouristan et Laghman,

MADERA est un partenaire facilitateur de la mise en œuvre du Programme de Solidarité Nationale (NSP), la plus grosse initiative de développement en

Afghanistan, mise en œuvre par le Ministère de la Réhabilitation Rurale et du Développement (MRRD) avec le soutien de la Banque Mondiale.  Le NSP vise à autonomiser les communautés en établissant des Conseils de Développement Communautaires (CDC) élus démocratiquement et mixtes. Ces comités servent d’organe représentatif, et coordonnent et gèrent les besoins de développement de la communauté.

 

MADERA mets en œuvre également, dans le domaine de la santé animale, un réseau régional de para-vétérinaires susceptible d’assurer les soins, la vaccination du cheptel et la veille sanitaire pour cette zone.  Compte tenu l'importance de l'élevage dans l'économie rurale de l'Afghanistan, l’expansion de l'élevage et l’augmentation de la productivité des animaux ont le potentiel d'améliorer considérablement les moyens de subsistance en milieu rural pour les Afghans, en augmentant à la fois  la sécurité alimentaire et  les revenus de la ferme. Ce projet de quatre ans intitulé « Appui à la santé animale et à l’élevage », financé par la Commission Européenne, est mise en œuvre en partenariat avec Relief International dans l’Est et d’autres provinces (Laghman, Kunar, Nuristan, Wardak, Bamyan, Nangarhar, Ghazni, Kapisa et Nimroz).

 

Finalement, MADERA mène des activités de surveillance pour le PAM, dans les zones réputées inaccessibles au personnel des Nations Unies pour des raisons de sécurité, dans les provinces de Kunar, Laghman, Nangarhar et Nouristan. Le PAM a donc délégué MADERA pour suivre la mise en œuvre de leurs activités telles que la distribution de nourriture dans les écoles, les hôpitaux, et les camps de réfugiés. Nos équipes visitent les différents sites de distribution pour s'assurer que les bénéficiaires reçoivent les rations adéquates ainsi que pour évaluer leurs besoins. Les rapports sont ensuite soumis au PAM, permettant à celui-ci d’optimiser au maximum les distributions alimentaires et d’éviter les abus.